Provepharm s'agrandit

Soutenue par Archimed et Thétys pour relancer le bleu de méthylène et d’autres molécules à potentiel, la bipopharma acquiert le petit laboratoire de Seyne-sur-Seine, Lexpharm.

Provepharm est un spécialiste de la revitalisation moléculaire qui se targue d’avoir obtenu une AMM (autorisation de mise sur le marché) pour un produit plus que centenaire, le bleu de méthylène. Soutenue depuis quelques mois par Archimed et Thetys (lire ci-dessous) qui ont organisé la sortie des soutiens de la première heure et se tiennent désormais à ses côtés pour financer sa montée en puissance, la société pharmaceutique vient de procéder à sa première opération de croissance externe. Elle vient en effet de mettre la main sur le petit laboratoire de la Seyne-sur-Mer, Lexphar auprès de ses actionnaires, Catherine Pradié et Ida Ferino. Cet établissement discret dispose de six AMM parmi lesquelles les seules vitamines injectables sous AMM du marché, ainsi qu’un antidépresseur et un anti cholestérol.

Positionné à l'achat

Confiée par les cédantes à Neuflize OBC au printemps, la vente a découlé d’un processus d’enchères qui a réuni des laboratoires français étrangers, ces derniers étant intéressés tant par les produits que par la perspective de décrocher un titre de laboratoire exploitant. « Après des enchères qui ont suscité beaucoup d'intérêt, les offres étaient comparables, mais c’est l’ADN entrepreneurial de Provepharm qui a fait la différence », estime Jean-Christophe Liard, senior manager au sein de la banque d’affaires. La société qui s’est hissée à 30 M€ de chiffre d’affaires avec le seul soutien de business angels et de fonds régionaux avant d’accueillir le duo Archimed / Thetys dispose désormais des appuis nécessaires pour changer de dimension. Avec son produit phare - le bleu de méthylène dans une version purifiée et désormais injectable-, aujourd’hui enregistré dans 25 pays parmi lesquels les États-Unis et le Japon, la société se dessine de nouvelles perspectives. Utilisé pour traiter les cas de méthémoglobine (empoisonnement du sang) ou comme marqueur, son bleu cherche à conquérir de nouveaux territoires et à valider son emploi dans de nouvelles indications (la société a reçu le prix Galien MedStartUp pour ses travaux, avec l’armée américaine, sur le traitement de la malaria). En parallèle, « Provepharm cherche à reproduire ce succès avec d’autres molécules revitalisées par son service de R&D interne ou par acquisition », explique Michel Feraud, son dirigeant. « Lexphar complète notre portefeuille avec des produits, confidentiels, répondant à la demande des hôpitaux, que nous allons insérer dans nos gammes et distribuer au travers de notre réseau avec une approche marketing structurée. » Sa société qui, depuis 8 mois, travaille à sa structuration et vient d’ouvrir une filiale opérationnelle aux Etats-Unis se positionne désormais clairement à l’acquisition en France et à l’international. « Notre réflexion est mondiale, assure Michel Feraud qui table cette année sur 38 M€ de revenus et compte sur ses nouveaux partenaires financiers, minoritaires, pour « changer de braquet ».